11 novembre 1918 Le champagne de la Victoire


Vous êtes ici

Du 11 Novembre 1918 au 11 Novembre 2018

Bibliothèque

À l’initiative de son administrateur, Frédéric Masson, et de Gabriel Hanotaux, tous deux académiciens, l’hôtel Dosne-Thiers devint, du 21 septembre 1914 au 31 décembre 1918, l’hôpital militaire auxiliaire n° 265. À ce titre, il accueillit, pendant ces quatre années de guerre, 998 blessés venus du front.

Trente-huit cartons d’archives conservés à la bibliothèque Thiers racontent la vie quotidienne de cet hôpital, entre dossiers de blessés, listes de courses, menus quotidiens et circulaires administratives.

En 2014, le site 14-18.institut-de-France a été créé pour commémorer les hôpitaux militaires établis par l’Institut de France (Thiers et Chantilly principalement).

Pour clore ces années de célébration, entre les cartes postales de l’hôpital n° 265 et la plaque commémorative apposée en novembre 1921, nous avons exhumé deux témoignages du 11 novembre 1918 à l’hôpital Thiers :

  • La page du lundi 11 novembre 1918, qui mentionne la sortie de deux blessés puis, en grosses lettres :      « Armistice »
  • Le cahier des listes de courses ouvert à la page du 11 novembre 1918, avec une ligne consacrée à l’achat de « 6 bouteilles de champagne de la Victoire »

Les actualités


Le 04 Juil 2019

Bibliothèque

Les Lettres de la famille Thiers à la famille Calmon : don de M. Jean Calmon

Dans son testament de 1906, outre la création de la fondation Dosne-bibliothèque Thiers, Mlle Félicie Dosne, belle-sœur de M. Thiers, a voulu que, dans l’hôtel particulier de l’avenue Bugeaud où elle avait passé les dernières années de sa vie, soit créée une maison de retraite destinée aux vieilles dames sans fortune et aux veuves d’officiers. Le marquis Robert...

Du 21 au 22 Sep 2019

Du 10 Oct 2019au 01 Jan 2020

Bibliothèque

Le fonds turc des manuscrits de Joseph Denais

Le fonds Joseph Denais comporte dix cartons relatifs à la Turquie (Ms Denais 72 à 81), ce qui peut paraître surprenant pour une collection surtout consacrée à la franc-maçonnerie française au XIXe siècle. Cela est dû aux liens d’amitié très forts que le journaliste Joseph Denais (1851-1916) entretint avec des princes ottomans exilés en France.

Le poète et homme d’Etat...

Voir toutes les actualités