Une bibliothèque au poil : des crins de cheval et des cheveux d'empereurs...


Vous êtes ici

Le 04 Novembre 2016

Bibliothèque

On trouve de tout dans les archives de la bibliothèque Thiers ! Y compris des poils. Mais pas n'importe quels poils ! D'abord ceux de Vizir en personne (cote Ms T 1433). Vizir ? Voyons ! Le cheval blanc de Napoléon Ier ! Celui qui figure, naturalisé et tout juste restauré, au Musée de l'Armée ! Nous en avons neuf crins : nous les avons comptés. Pas étonnant que cette étonnante relique ait dû se refaire une beauté, si tous les admirateurs du grand empereur se sont servis en poils-souvenirs !

Plus sérieusement, il était d'usage, au XIXe siècle, de distribuer des mèches de cheveux à ses parents et à ses amis, de son vivant, mais aussi après sa mort. Napoléon Ier n'a pas dérogé à la règle, ainsi que l'explique Frédéric Masson dans le manuscrit Ms Masson 345, citant le testament de l'empereur : "Marchand conservera mes cheveux et en fera faire un bracelet... pour être envoyé à l'impératrice Marie-Louise...". Des mèches disposées dans des médaillons seront aussi distribuées aux membres de la famille impériale, aux fidèles. Nous conservons l'un de ces reliquaires, cote M 544 B, dans lequel est enfermée une toute petite mèche de cheveux de l'empereur avec un ruban qu'il a porté.

Puis c'est au tour de Napoléon III de laisser une part de lui-même sous forme de cheveux : ceux que l'impératrice Eugénie, après la mort de son époux, a envoyés à Edgar Ney, prince de la Moscowa, joints à une lettre émouvante (cote Ms T 1414).

Les actualités


Du 08 Jan au 17 Déc 2018

Du 16 Mar au 31 Déc 2018

Bibliothèque

Des collections partent en dépôt au CTLes

Contrainte d'effectuer des travaux de sécurité dans les locaux qui abritent ses magasins au deuxième étage de l'hôtel Thiers, la bibliothèque a dû confier une partie de ses collections au Centre Technique du Livre de l'enseignement supérieur (CTLes) à Boissy-Saint-Georges. Il s'agit principalement de périodiques peu consultés (cotes 8° TP et 4° TP). Dans nos catalogues...

Le 13 Juin 2018

Immense succès pour le spectacle d’Hervé Mariton, une première dans le cadre de la commémoration du centenaire de la naissance d’Alexandre Soljenitsyne (1918-2008)

Interprétation magistrale par Hervé Mariton du Discours de Harvard prononcé par Alexandre Soljenitsyne le 8 juin 1978, dans une belle adaptation de Grégoire Lopoukhine.

Accueilli par François d’Orcival, conservateur de l’Hôtel Dosne-Thiers, Hervé Mariton a fait revivre ce texte intense, soutenu par un public enthousiaste, dont faisaient partie Hélène Carrère...

Voir toutes les actualités