Frédéric Masson


Vous êtes ici




Frédéric Masson et sa bibliothèque

Né à Paris le 8 mars 1847 dans une famille de hauts magistrats, Frédéric Masson se destine à la diplomatie et devient bibliothécaire au ministère des Affaires étrangères. Son mariage, en 1874, avec Marguerite Cottin, fille d’un conseiller d’État du Second Empire, François Augustin Cottin (1826-1902), le met en relation avec les principaux membres de la famille impériale.

 

À partir de 1894, Frédéric Masson se consacre à l'étude de l'histoire napoléonienne dont il devint l'un des spécialistes les plus éminents de son époque, collectionnant livres, documents, gravures, tableaux et objets d'art dans son hôtel particulier de la rue de la Baume.




Frédéric Masson et l'hôpital militaire auxiliaire

Élu en 1903 à l’Académie française, il en devient le secrétaire perpétuel en 1919. Administrateur de la Fondation Dosne-Thiers, il veille au développement de la bibliothèque créée par Félicie Dosne. Entre 1914 et 1918, l’Institut lui demande de diriger l’hôpital auxiliaire fondé par ses membres à l’hôtel Thiers : une quarantaine de cartons contiennent les archives de cette période.




Frédéric Masson dans son musée napoléonien

À la fin de sa vie, Frédéric Masson décide que l’ensemble de ses collections sera légué à l’Institut de France et trouvera sa juste place au sein de la fondation Dosne-bibliothèque Thiers, ce qui fut réalisé en 1926.

 

Les actualités


Le 04 Juil 2019

Bibliothèque

Les Lettres de la famille Thiers à la famille Calmon : don de M. Jean Calmon

Dans son testament de 1906, outre la création de la fondation Dosne-bibliothèque Thiers, Mlle Félicie Dosne, belle-sœur de M. Thiers, a voulu que, dans l’hôtel particulier de l’avenue Bugeaud où elle avait passé les dernières années de sa vie, soit créée une maison de retraite destinée aux vieilles dames sans fortune et aux veuves d’officiers. Le marquis Robert...

Du 21 au 22 Sep 2019

Du 10 Oct 2019au 01 Jan 2020

Bibliothèque

Le fonds turc des manuscrits de Joseph Denais

Le fonds Joseph Denais comporte dix cartons relatifs à la Turquie (Ms Denais 72 à 81), ce qui peut paraître surprenant pour une collection surtout consacrée à la franc-maçonnerie française au XIXe siècle. Cela est dû aux liens d’amitié très forts que le journaliste Joseph Denais (1851-1916) entretint avec des princes ottomans exilés en France.

Le poète et homme d’Etat...

Voir toutes les actualités